50 ans [MENTAL] – Vos 12+1 fausses excuses pour ne pas méditer.

La méditation est une pratique absolument bénéfique et très agréable à pratiquer. Lorsque l’habitude est bien installée cette activité fait alors partie de votre journée et vous n’avez aucun effort à fournir pour vous y mettre. Cela provient bien sûr de la force des habitudes.

Mais au moment de commencer la pratique de la méditation, il faut faire l’effort de s’y mettre. Peut-être avez-vous déjà essayé, et avez-vous abandonné assez rapidement, faute de résultats immédiats. La société actuelle nous a habitués à l’immédiateté des réponses lorsque l’on a une envie ou une demande, mais il faut quelques jours et quelques séances de pratique pour commencer à sentir que la méditation est une pratique fabuleuse.
Vous avez peut-être arrêté à cause d’une fausse excuse comme il en existe dans de nombreuses activités. Fausses excuses pour ne pas faire de sport, ne pas se former dans un domaine, ne pas prendre une décision importante, etc.

LES FAUSSES EXCUSES

Alors voici une série de prétextes, de fausses excuses (peut-être les vôtres) pour ne pas méditer. Vous allez voir qu’il est bien dommage de se laisser bloquer par cela.
Donc mettez-vous en situation et comprenez bien que ce ne sont que des prétextes.

1) « Je ne médite pas parce que … c’est compliqué ».

NON, ce n’est pas compliqué. Lorsque vous lisez un livre sur la méditation, on vous parle de respiration, de concentration et de relaxation. Vous pouvez même trouver des détails sur le relâchement de chaque partie de votre corps, ou sur la sensation de lourdeur, ou encore sur la sophronisation. Plein de détails qui vous apporte beaucoup d’informations intéressantes. Mais ne vous prenez pas la tête maintenant, vous verrez ces détails au fur et à mesure de votre pratique. Commencez c’est tout, et surtout laissez faire, c’est comme cela que ça fonctionne et qu’il faut débuter.
Donc NON, ce n’est pas compliqué.

2) « Je ne médite pas parce que … il faut une compétence pour cela ».

Nous venons de parler de l’impression “c’est compliqué” que l’on peut ressentir en raison des détails qui peuvent apparaître à la lecture de livres spécialisés. Ces détails enrichissent la pratique au fil des séances, mais il n’est pas nécessaire de suivre une formation ni d’acquérir une compétence. N’achetez pas une formation sur la méditation, avant même d’avoir réussi par vous-même à obtenir de bons résultats ; c’est à dire réussir à pratiquer quelques minutes, avec régularité, et d’avoir ressenti des sensations de bien-être. Vous arriverez sans problème, tout seul, à obtenir au moins ce résultat, sans aucune formation particulière.
Vous avez déjà une compétence d’une grande valeur, c’est votre expérience de vie de quinqua. Cette compétence a beaucoup de valeur et elle va vous permettre de réussir grâce à tout ce que vous connaissez déjà. Vous n’avez rien besoin de plus.
Donc NON, il ne faut pas de compétence particulière.

3) « Je ne médite pas parce que … c’est adopter une nouvelle religion ».

NON, la méditation n’implique pas une pratique religieuse. C’est plutôt l’inverse d’ailleurs. Comme je vous le dis en page 32 de mon livre gratuit, à télécharger sur quinquajeunaire.com, si vous pouviez étudier toutes les traditions spirituelles dans ce qu’elles enseignent, vous comprendriez à coup sûr, qu’elles convergent sur bien des points. Et le point de convergence le plus flagrant concerne le vecteur utilisé par toutes ces traditions pour cheminer vers le mental de l’individu. La voie qui permet ce contact avec votre être intérieur peut porter plusieurs noms (relaxation, sophrologie, pleine conscience, auto-hypnose, prière, transe), mais correspond à ce qui est communément appelé́ méditation.
Et si les religions ont adopté cette pratique, c’est bien qu’elle n’est pas anodine et qu’elle apporte beaucoup à l’individu. De plus, l’âge des religions prouve bien, sur la durée, que la méditation est efficace, sinon elle aurait été abandonnée depuis longtemps.
Les religions se servent donc de la méditation, mais chacun d’entre nous peut méditer dans le registre spirituel qui est le sien. Vous pouvez trouver la voie vers votre mental de façon neutre et sans connotation de quelque nature que ce soit.
Donc NON, méditer n’est pas pratiquer une religion.

4) « Je ne médite pas parce que … c’est se couper du monde, se replier sur soi ».

NON, vous ne vous coupez pas du monde, lorsque justement vous vous recalez, bien à votre place, dans la grande roue de la vie.
Méditer vous permet de vous extraire des habitudes et des schémas qui, au fil des jours, vous contraignent dans une direction étroite. Méditer vous permet de vous extraire du tourbillon quotidien, d’ouvrir les œillères qui se mettent sur le côté de la vision. Vous reprenez alors de la hauteur après quelques minutes de méditation, vous pouvez ainsi revoir votre situation avec une vision globale, saine et sereine. Vous pouvez alors prendre en compte vos expériences de quinqua qui vous apportent tant de maîtrise et d’anticipation sur les situations que vous vivez. La méditation vous permet surtout de reprendre le vrai pouls du monde, avec les vraies valeurs utiles qui le font tourner.
Donc NON, vous ne vous coupez pas du monde, vous ne vous repliez pas sur vous-même.

5) « Je ne médite pas parce que … il faut réussir à ne pas penser ».

NON, il n’est pas question de bloquer votre pensée, bien au contraire.
Parfois on le voudrait bien. Le cerveau est extrêmement sollicité et le flux des pensées tourne tellement en boucle, que si l’on pouvait l’arrêter complètement, sur OFF, on pense que cela nous ferait du bien.
En réalité, la méditation permet de calmer le tourbillon des pensées qui est en cours, de les canaliser plus logiquement et de ne garder que celles qui sont positives et dimensionnantes. Mais la méditation ne va pas stopper vos pensées et vider complètement votre cerveau. De toute façon, il n’est pas possible d’arrêter de penser. Avez-vous essayé, c’est impossible.
Alors n’ayez pas peur de ne jamais vous réveiller, ou que votre cerveau reste vide indéfiniment. Vous allez penser pendant votre séance de méditation, mais vous allez penser paisiblement, en quantité suffisante, positivement, et dans la direction qui sera la vôtre.
Donc NON, il ne faut pas réussir à ne pas penser.

6) « Je ne médite pas parce que … c’est beaucoup réfléchir, c’est faire de l’introspection ».

NON, c’est faux aussi. Trop réfléchir c’est l’inverse de ne pas penser. Et bien ce n’est pas le cas non plus avec la méditation. Il n’est pas nécessaire d’être hyper concentré et de réfléchir pour maintenir votre méditation. Au contraire, la méditation est un moment privilégié, sans contrainte pendant lequel vous pouvez vous laisser aller et laisser vos pensées revenir à vous tranquillement sans les contraindre.
Par ailleurs, lorsque vous méditez vous n’êtes pas sur le banc des accusés, avec vous-même comme juge intransigeant. Il n’y a pas de critique, de verdict ou de sentence sur ce que vous êtes ou sur ce que vous avez fait. Tout va bien se passer lors de vos prochaines méditations. Votre cerveau va se calmer de lui-même et vous allez trouver le bien-être.
Donc NON, il ne faut pas beaucoup réfléchir, ni faire son introspection.

7) « Je ne médite pas parce que … il faut le silence complet ».

NON, il n’est pas nécessaire d’avoir le silence complet.
Encore un avantage de la méditation : c’est sa capacité à être utilisée n’importe où et n’importe quand. Avec un minimum de pratique, il est possible de méditer quel que soit votre environnement. Vous pouvez ainsi méditer dans un bus bondé rempli de gens qui discutent. C’est tout à fait possible avec un peu d’entraînement. C’est d’ailleurs génial de s’affranchir du brouhaha ambiant, lorsque l’on a envie de se reposer ou de se calmer après les contraintes de la journée. Le simple fait de commencer en vous concentrant sur votre respiration, vous fera déjà oublier une bonne partie de l’environnement dans lequel vous vous trouvez.
Donc NON, le silence complet est inutile.

8) « Je ne médite pas parce que … c’est long, je n’ai pas le temps ».

NON, cela ne vous prendra pas beaucoup de temps de méditer.
La séance peut durer le temps que vous voulez. Mais si vous avez déjà essayé, vous vous rappelez que vous avez mis du temps à être vraiment en train de méditer lors des premiers essais. Et ce sont ces longs moments qui vous font penser que ce sera toujours long. Mais avec seulement quelques séances de pratique, vous pouvez « tomber » en méditation, complètement relaxé, quasi instantanément. Il suffit de quelques séances d’entraînement pour réussir cela.
Ensuite, la séance est tellement agréable, voire jouissive, que vous pouvez la faire durer à votre guise. Je vous invite à en profiter. Si vous avez trop de choses à faire, et que cela vous empêche de méditer longtemps, je vous invite à gagner du temps sur vos activités. Sans vous mentir vous savez qu’il y a un temps fou à gagner chaque jour pour vous-même, vos envies et vos passions, et donc pour méditer autant que vous le souhaiter. Fort de mes expériences de quinqua et de mes recherches sur le gain de temps, j’ai mis au point le programme 29h/jour, qui permet à chacun de retrouver du temps pour lui sans pour autant abandonner ses obligations professionnelles ou familiales.
Alors rappelez-vous qu’avec un peu d’entraînement vous pourrez entrer en méditation très vite et profiter en très peu de temps d’une bonne séance.
Donc NON, ce n’est pas long de méditer.

9) « Je ne médite pas parce que … c’est une mode ».

C’est sans doute à la mode, mais NON ce n’est pas une mode. La méditation est pratiquée depuis des temps immémoriaux par les êtres humains, sans discontinué au fil des générations. Et la méditation continuera d’être pratiquée car ses bienfaits sont indéniables et utiles à la bonne santé mentale et physique de tous.
Actuellement, grâce aux médias vous en entendez beaucoup parler, et de nombreuses recherches se penchent sur ses bienfaits. Elle fait l’actualité c’est vrai, mais c’est ce qui permet à chacun de la connaître et de commencer à la pratiquer. Je pense que dans un siècle elle fera partie de la vie de tout un chacun, tout comme on se lave les dents chaque jour sans se poser plus de question.
En vous y mettant maintenant vous faites encore un peu partie des pionniers et de ceux qui en auront profité assez tôt. Et maintenant que vous avez passé 50 ans, c’est maintenant ou jamais pour vous y mettre.
Donc NON, méditer n’est pas une mode. C’est un mode de vie à adopter immédiatement.

10) « Je ne médite pas parce que … ça ne fonctionne qu’à Katmandou en stage de quinze jours ».

NON, restez là.
On s’en fait tout un monde, mais pour méditer, il faut juste … le faire. Bien ou moins bien, ce n’est pas grave. Il faut juste le faire. Mal le faire … ce n’est pas possible. Si vous le faites ce sera au pire correct, puis rapidement vous ferez cela très bien. Pratiquez régulièrement, même très peu de temps, mais pratiquez régulièrement. Vous ne serez pas déçu.
Donc NON, n’allez pas en stage de méditation à l’autre bout du monde.

11) « Je ne médite pas parce que … c’est pour les gens calmes ».

NON, c’est pour tout le monde.
A la limite la méditation pourrait servir uniquement pour les anxieux et les nerveux qui en retireront un bienfait visible sur le court terme. Mais elle est jouissive et utile à tout le monde sur le long terme. Les calmes continueront à œuvrer pour leur bien-être et seront vite rejoints par les stressés qui deviendront de nouveaux calmes. Elle sert à tout le monde comme vous pouvez le voir dans les 20 raisons de méditer.
Donc NON, ce n’est pas réservé aux gens calmes.

12) « Je ne médite pas parce que … c’est s’évader de la réalité ».

NON, vous allez commencer par rester dans la réalité et resynchroniser votre mental avec votre corps. Pas question de partir quelque part. Rien que le rétablissement de ce lien holistique (physique et mental assemblés) donne toute sa dimension à votre séance de méditation. Vous pouvez ainsi au cours de la méditation ré-explorer votre corps et les sensations qu’il vous donne. Vous voyez, vous n’avez jamais été aussi près de vous-même et de l’endroit où vous êtes.
Ensuite vous pouvez décider de faire ce que vous voulez. Soit voyager en pensée à l’autre bout de la galaxie, soit ouvrir votre esprit et votre intuition à propos de votre situation actuelle. Dans tous les cas, vous serez un être complet et réel.
Donc NON, vous n’allez pas vous évader en abandonnant votre réalité.

Et voici un autre faux prétexte que quelqu’un aurait pu évoquer :

12+1) « Je ne médite pas parce que … c’est cher ».

Eh bien NON, impossible de prendre cette fausse excuse pour ne pas méditer.
En effet, c’est gratuit. Pas de matériel à acheter, pas d’abonnement mensuel, pas de cours à payer, pas de vêtement ni de salle spéciale. Incroyable !
Et pourtant, le gain est énorme :

    • du plaisir. Vous aurez sincèrement de vrais moments de plaisir tant physique que psychique. Beaucoup plus que l’on ne pourrait l’imaginer avant de commencer.
    • un gage de bonne santé (physique et mentale), désormais prouvée par les recherches médicales. Certains disent que l’équilibre de la sécu est là. Ça se pourrait bien, mais ce qui compte c’est vous, la fin de votre stress, votre bien-être, votre plaisir, votre système cardio-vasculaire et votre cerveau dans les prochaines années.

 

Et vous, connaissez-vous d’autres fausses excuses de cet acabit, qu’il est utile d’avoir identifié, pour pouvoir se lancer sans frein dans une pratique régulière? Avez-vous entendu des oiseaux de mauvais augure inventer d’autres faux prétextes ? N’hésitez pas à en faire partager tout le monde en utilisant la page de commentaires ci-dessous.
En tout cas, vous connaissez maintenant pas mal de fausses excuses (au moins 13) pour ne pas méditer, et vous savez que ces excuses ne sont que des moyens pour ne pas se lancer enfin dans cette activité fabuleuse qui ne demande qu’un faible effort de régularité au début.
Alors organisez-vous pour trouver du temps dans votre journée, mettez la méditation dans vos priorités et passez à l’action.

Et vous l’avez compris, à 50 ans, avoir un mental fort grâce à la méditation c’est maintenant … ou jamais.

J’espère que cet article vous a bonifié. Si ça vous intéresse il y a de nombreuses ressources dans le domaine du mental après 50 ans sur mon blog. Allez-y et n’oubliez pas de télécharger mon livre gratuit. Ainsi vous saurez tout dans l’ensemble des domaines qui peuvent vous concerner pour devenir quinquajeunaire. N’hésitez pas le livre de plus 50 pages est gratuit.

Et puis,
Abonnez-vous, c’est pour être le premier à voir les nouveaux sujets.
Likez, c’est pour que je sois bien visible sur Internet.
Commentez, c’est pour donner votre avis, vos expériences, vos idées et pour interagir avec d’autres quinquas et avec moi.
Partagez, c’est pour mettre en commun cet article avec vos amis quinquas, qui vous remercieront.

Alors jubilez ! Vous êtes quinqua …

Hugues Vignot

2 pings

  1. […] gens réticents à faire de la méditation ont plein de faux prétextes pour ne pas s’y mettre alors qu’il y a de nombreuses raisons de s’y […]

  2. […] pas méditer. Je vous ai préparé un article qui en parle. N’hésitez pas à aller le voir ici. Vous comprendrez que vos prétextes pour ne pas méditer n’ont pas de valeur, alors que les […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.